Les alternatives du test de Bechdel

Les alternatives du test de Bechdel

Aller au-delà de la représentation féminine

Depuis sa création par Alison Bechdel en 1985, le test de Bechdel a été un outil essentiel pour évaluer la représentation des femmes dans les œuvres de fiction. Cependant, ce test a ses limites et ne prend pas en compte de nombreux aspects de la diversité et de la complexité des personnages féminins. C’est pourquoi plusieurs alternatives ont été proposées par des critiques et des chercheurs, offrant des perspectives plus nuancées sur la représentation des femmes et des minorités. Dans cet article, nous explorerons quelques-unes de ces alternatives et leur importance pour promouvoir une représentation équitable et diversifiée dans les médias.

Sommaire

1. Le test de Mako Mori : Au-delà du stéréotype

Le test de Mako Mori a été nommé d’après le personnage de Mako Mori dans le film « Pacific Rim ». Contrairement au test de Bechdel-Wallace, qui évalue si un film présente au moins deux femmes parlant entre elles d’autre chose que d’un homme, le test de Mako Mori se concentre sur la présence d’un personnage féminin fort et développé, qui ne se limite pas à être un simple faire-valoir des personnages masculins.

 

Le test de Mako Mori comporte trois critères principaux :

  1. Le film doit avoir au moins un personnage féminin

  2. Ce personnage a son propre arc narratif

  3. Cet arc ne consiste pas à être le faire-valoir d’un personnage masculin

Ce test met en valeur des personnages féminins forts et met l’accent sur l’autonomie et la complexité des femmes dans les récits, soulignant l’importance de leur développement individuel.

2. Le test de Furiosa : Des femmes en position de pouvoir

Le test de Furiosa tire son nom du personnage emblématique de Furiosa dans le film « Mad Max: Fury Road », un film qui met en valeur de nombreux personnages féminins forts. Ce test a été inspiré par de nombreuses critiques provenant d’internautes mécontents de voir un tel nombre de personnages féminins puissants dans un film. Il vise à mettre en évidence la réaction hostile que peuvent susciter les films qui mettent en avant des personnages féminins puissants et remet en question les stéréotypes de genre.

Le test de Furiosa se résume à une seule question : « Est-ce que des internautes s’énervent parce que ce film est féministe ? »

 

Cette question souligne le malaise ou les réactions négatives que certains individus peuvent avoir face à la présence de messages féministes dans les médias populaires. Il met en lumière les préjugés et les attitudes misogynes qui persistent dans notre société. Il souligne l’importance de représenter une diversité de personnages féminins forts et remet en question les normes traditionnelles qui limitent les rôles et les possibilités des femmes dans les médias.

3. Le test de DuVernay : La diversité ethnique et culturelle

Ce test, inspiré par la réalisatrice Ava DuVernay, se concentre sur la représentation des minorités ethniques. Il évalue si les personnages issus de ces minorités ont des rôles développés et complexes, sans être réduits à des liens familiaux ou romantiques avec des personnages blancs, et sans être stigmatisés ou caricaturés. Il met en lumière l’importance de la diversité ethnique dans la narration et la représentation des différentes expériences de vie.

 

Le test de DuVernay se base sur trois critères :

  • Le film ou la série doit comporter au moins un personnage appartenant à une minorité ethnique qui a un rôle significatif dans l’histoire

  • Ce personnage doit avoir une identité propre, indépendante de sa couleur de peau ou de son origine culturelle

  • Ce personnage doit interagir avec d’autres personnages appartenant à des groupes ethniques différents du sien

Le test de DuVernay n’est pas une norme absolue, mais plutôt un outil de réflexion qui invite à se questionner sur la façon dont les minorités ethniques sont représentées et perçues dans les médias. Il permet également de mettre en valeur les œuvres qui offrent une vision plus nuancée et réaliste de la diversité humaine.

4. Le test de Vito Russo : La visibilité LGBTQ+ authentique

Le test de Vito Russo est un critère utilisé pour évaluer la représentation des personnages LGBTQ+ dans les films et les séries. Il a été créé par le groupe de défense des droits GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation) en hommage à l’activiste et historien du cinéma Vito Russo. Ce test évalue si un personnage LGBTQ+ est représenté de manière authentique, avec une personnalité et une histoire propres, au-delà de son orientation ou de son identité sexuelle.

 

Le test de Vito Russo se compose de trois questions :

  • Le film ou la série contient-il un personnage qui s’identifie comme LGBTQ+ ?

  • Ce personnage est-il défini par autre chose que son orientation sexuelle ou son identité de genre ?

  • Ce personnage a-t-il un rôle significatif dans l’intrigue ?

Le but du test de Vito Russo est de promouvoir une meilleure visibilité et une meilleure diversité des personnages LGBTQ+ dans les médias. Il ne s’agit pas de juger la qualité artistique ou le message politique d’une œuvre, mais de mesurer son impact sur la perception sociale des personnes LGBTQ+.

5. Le test de la lampe sexy : Révéler les clichés de représentation féminine

Le test de la lampe sexy, proposé par la scénariste Kelly Sue DeConnick en 2015, est une façon humoristique de critiquer la représentation superficielle des personnages féminins dans les médias. En se demandant si un personnage féminin peut être remplacé par une simple lampe sexy sans affecter l’histoire, le test met en évidence le manque de profondeur et de substance accordé à de nombreux personnages féminins. Il révèle les stéréotypes et les clichés qui persistent dans la culture populaire, où les femmes sont souvent réduites à des objets décoratifs sans personnalité ni rôle significatif.

 

Ce test souligne également l’importance d’avoir des personnages féminins bien développés, avec des motivations, des arcs narratifs et une influence sur l’intrigue. Il invite à une réflexion sur la façon dont les femmes sont représentées et leur valeur dans les histoires. Bien qu’il ne soit pas une mesure absolue de la qualité ou du message d’une œuvre, le test de la lampe sexy offre un moyen de remettre en question les normes de représentation et de promouvoir des personnages féminins plus complexes et significatifs.

Bien que le test de Bechdel ait joué un rôle crucial pour mettre en évidence le manque de représentation féminine dans les médias, il est important de reconnaître ses limites. Les alternatives telles que le test de Mako Mori, le test de Furiosa, le test de DuVernay, le test de Vito Russo et le test de la lampe sexy offrent des perspectives complémentaires et invitent à une analyse plus approfondie de la représentation des femmes et des minorités. En combinant ces approches, nous pouvons promouvoir une représentation plus équitable, diversifiée et authentique dans les œuvres de fiction. Il est essentiel d’être critiques et exigeants envers les productions culturelles que nous consommons, afin de favoriser un changement positif et de créer des récits qui reflètent la richesse et la diversité de notre société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut